Accueil > Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education (ROCARE) > Articles > Togo >

Usages intelligents des TIC dans la réforme universitaire

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

 Co-organisé par le groupe de travail sur les Environnements Numériques de Travail (ENT) dans les Universités africaines (Africampus), l’Université Omar Bongo (Gabon), l’Université de Kara (Togo), l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et l’Association Internationale des Écoles des Sciences de l’Information, ce colloque a enregistré la participation effective d’une quarantaine de conférenciers venus de 11 pays, à savoir, la Belgique, la France, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Congo, le Gabon, le Mali, le Maroc, le Sénégal, le Tchad et le Togo.

 Objectif du colloque

 L’objectif principal de ce colloque est de rassembler les acteurs de la réorganisation universitaire et de la société de la connaissance et leurs partenaires pour un travail d’échange et de réflexion sur les stratégies d’organisation et les rationalités en oeuvre dans les politiques, les initiatives et les actions.

La problématique

 Dans une société qui considère de plus en plus que la richesse est dans la connaissance et que le développement est tributaire de la production de cette connaissance, les enjeux à l’université, aussi bien dans les pays en développement que dans les pays riches, sont de plusieurs ordres :

  • La rénovation de l’enseignement et de la vie universitaire,
  • La réponse aux demandes de formation et la recherche de moyens pour y faire face,
  • La diversification des outils pour l’enseignement et les apprentissages,
  • L’amélioration des relations entre l’Université et la société par une meilleure lisibilité et la cohérence de l’offre de formation.

Les travaux du colloque

 En dehors des cérémonies d’ouverture et de clôture qui ont vu la participation des responsables de l’enseignement supérieur gabonais aux côtés des conférenciers, les activités du colloque se sont limitées exclusivement aux participants. Ceux-ci ont échangé autour d’une trentaine de communications scindées en cinq thèmes majeurs abordés en ateliers, à savoir :
1- Les programmes-cadres de modernisation de l’enseignement supérieur,
2- Les politiques et les initiatives de renforcement technologique,
3- Les stratégies d’organisation dans l’enseignement supérieur et la recherche,
4- Les dynamiques d’appropriation,
5- Les conditions culturelles.

 Dans les différents ateliers, les conférenciers ont souligné que de nos jours, des efforts notoires se font dans les universités africaines en matière de Nouvelles technologies. Ces efforts, ont-ils déclaré, sont rendus possibles grâce à une certaine volonté politique dont font montre les dirigeants des États africains qui ont compris qu’il est temps de mener des actions en vue de rompre avec la fracture numérique dont sont victimes leurs États. Toutefois, ces efforts ne sauraient occulter les réels handicaps au bon usage des Environnements Numériques de Travail (ENT) dans les universités du Sud. C’est donc pour réduire ces facteurs freins que des solutions ont été proposées à la fin de chaque communication. Entre autres solutions, on peut retenir la sensibilisation des acteurs universitaires pour une meilleure intégration des ENT à leurs enseignements et apprentissages, des initiatives du genre 1 ordinateur, 1 enseignant, l’option pour la fibre optique pour augmenter le débit de connexion Internet etc.

 Dans notre communication intitulée « Contribution des TIC au développement et à la qualité de l’enseignement supérieur à l’Université de Lomé (Togo) » inscrite sous le thème N°2, nous avons présenté l’état de l’intégration des TIC à l’enseignement à l’Université de Lomé, avant de nous pencher sur les facteurs qui ne contribuent pas à l’usage intelligent de ces nouvelles technologies. Ce fut pour nous également l’occasion de présenter le ROCARE car, introduisant notre communication, nous avons signalé que notre contribution est le fruit d’une étude financée par le ROCARE dans le cadre de son programme 2006 de petites subventions de recherche en éducation.

 A l’issue des travaux, des recommandations ont été faites aussi bien à l’endroit des politiques qu’à l’endroit des acteurs du monde universitaire. Les premiers sont invités, entre autres, à prendre à coeur d’avantage les problèmes des universités africaines en matière de Nouvelles technologies alors que les seconds sont exhortés à développer la coopération universitaire sud-sud ou sud-nord par le sud.

 C’est donc sur ces recommandations que les travaux du colloque ont pris fin.

Remerciements

 Je remercie très sincèrement le ROCARE pour ses initiatives bienveillantes qui m’ont permis de prendre part à ce grand rendez-vous du donner et du recevoir aux côtés d’éminentes personnalités venues de plusieurs pays. Les dispositions prises pour mon voyage, mon hébergement et ma restauration à Libreville, tout est bien apprécié. Je souhaite que pareilles initiatives soient pérennes au sein du ROCARE pour le renforcement des capacités des récipiendaires des projets de subvention et pour une meilleure visibilité de notre réseau.

Fait à Lomé le 19 juin 2008

Joseph TSIGBE, ROCARE Togo

FAIRE DON

PARTENAIRES

BIBLIOTHEQUE

PUBLICATIONS