Accueil > Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education (ROCARE) > Articles > Togo >

Togo : Six membres du ROCARE-Togo obtiennent leurs Doctorats

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

 Dr. Kossi Souley GBETO, Maître-Assistant au Département de Lettres Modernes à Dr. Kossi Souley GBETO l’Université de Lomé. Actuel Président du bureau exécutif national de l’Association des Professeurs de Français du Togo. (APFT). Récipiendaire en 2006 des recherches de petites subventions de rocaré. Secrétaire Général de Rocaré Togo. Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Éducation. Je suis nanti de deux doctorats : La première intitulée Les nouvelles écritures africaines : l’expérience de Sony Labou Tansi, (2007), Université de Lomé, Lettres Modernes, option littérature africaine (Togo) cherche à spécifier l’écriture de Sony Labou Tansi dans deux genres notamment le romanesque et le dramatique puis à mettre en évidence les procédés par lesquels est engendré un langage littéraire nouveau, tant sur le plan thématique que stylistique. Nous retenons pour cette étude deux approches méthodologiques : la sémiotique et la psychocritique car l’esthétique de Charles Mauron se manifeste dans une théorie sémantique implicite. J-P. Makouta Mboukou (2003) parle à juste titre de « la sémantique de la psychocritique ».

La seconde Les discours procéduraux et explicatifs en L1 (éwé) et L2 (français) et développement des énoncés complexes (2007) : Université Paris X Nanterre, (France) Doctorat en Sciences du Langage, Option psycholinguistique acquisitionnelle, a pour objectif d’étudier l’influence du système conceptuel et linguistique de la L1 (éwé) sur l’apprentissage du français L2 et de la connaissance du français à partir de l’analyse des processus de construction et de structuration des compétences langagières. De façon spécifique, il s’agit d’étudier les capacités à produire les textes de procédures d’action chez les élèves de six à seize ans en L1 (éwé) et en L2 (français) oralement et en zone urbaine. Cette étude nous a permis d’observer comment les élèves togolais acquièrent et structurent leur discours dans les deux langues et voir aussi comment s’installe leur bilinguisme. 

Contacts : gbetok@yahoo.fr Tél : 00 228 923 77 22


Michel Edinam KOLA est Maître Assistant à l’Université de Lomé. Dr. Michel Edinam KOLA De nationalité togolaise, il est titulaire d’un diplôme de doctorat en géographie humaine. Il est membre du Laboratoire de recherche sur la dynamique des milieux et des sociétés (LARDYMES). Il est par ailleurs membre du ROCARE-Togo et s’intéresse aux questions du genre et des TIC dans leurs rapports avec l’éducation. Récipiendaire 2009 des subventions pour la recherche en Éducation du ROCARE, et chef d’équipe, il a travaillé sur « femmes chefs de ménage et réussite scolaire des enfants à Lomé ».

Titre de la thèse : Crise agraire et mutations rurales dans la zone d’économie caféière et cacaoyère du Togo.
Date de soutenance : Le 31 octobre 2008 à l’Auditorium de l’Université de Lomé.
Résumé de la thèse :
S’étendant essentiellement sur la partie ouest de la Région des Plateaux, la zone d’économie caféière et cacaoyère du Togo fait face, depuis plus de deux décennies, à une crise caractérisée par l’abandon progressif des plantations caféières et cacaoyères. Déterminée par le vieillissement du verger, les attaques des maladies et parasites, la crise du marché des produits de rente, les dégâts des feux de brousse et surtout les défaillances dans les conduites des politiques de rénovation et de relance de la production caféière et cacaoyère, la déprise des plantations prend dans l’espace agraire une diversité de formes. Après une description des différents signes et manifestations qui illustrent cette crise agraire, cette étude qui du point de vue méthodologique allie le qualitatif au quantitatif, analyse les facteurs à l’origine du phénomène, puis conclut à une forte tendance à la disparition du verger togolais de caféiers et de cacaoyers. Dans des conditions déterminées par la déprise des plantations, il s’opère une diversité de mutations caractérisées par une diversification des systèmes de culture, une transformation des systèmes de production et des paysages agraires. Les mutations agraires ont d’importantes implications sur la société et l’économie. Ces implications ont pour dénomination, précarité des conditions de vie des masses rurales, départs des populations des vieux bastions de l’économie caféière et cacaoyère, persistance des problèmes sociaux et sanitaires. De plus, le milieu naturel, à différents degrés, en pâtit, avec un recul de la couverture végétale et des bouleversements climatiques. Cependant, vue l’importance sociale et économique des plantations, il apparaît nécessaire que l’ensemble des acteurs œuvre pour une revalorisation de la culture caféière et cacaoyère. Au regard des expériences déjà faites, la sortie de crise passera par la prise en compte des zones abandonnées, une territorialisation des stratégies, un nécessaire engagement de l’espace en crise dans la voie du développement durable.

Mots clés : Crise agraire- déprise caféière et cacaoyère- mutations rurales- dynamique des paysages- développement durable.
Contacts : edikola@yahoo.fr/ 00228 925 77 03


Joseph Koffi Nutefé TSIGBE, Docteur en histoire contemporaine ; spécialité : Histoire économique et sociale. Il est Enseignant-chercheur à Dr. Joseph Koffi Nutefé TSIGBEl’Université de Lomé et Trésorier général du ROCARE-Togo. Récipiendaire des subventions Rocare, éditions 2006 et 2007. Il est un membre actif du ROCARE-Togo.

Date de soutenance de la thèse : Le 20 juillet 2009 à l’Auditorium de l’Université de Lomé
Directeurs de thèse : Professeur Michel GOEH-AKUE (Université de Lomé)/ Professeure Odile GOERG (Université de Paris 7- Dénis Diderot).
Titre de la thèse : Infrastructures de transport terrestres et mobilité au Togo (1920-1980)

Résumé de la thèse :
Pendant la période coloniale, les besoins de la mise en valeur du Togo ont conduit à la construction des infrastructures de transport terrestres. Au lendemain des indépendances, les pouvoirs publics ont renforcé, avec des moyens de bord, le réseau des voies de communication hérité de la période coloniale. La relative densification desdites infrastructures a contribué à faciliter la mobilité des hommes et la circulation des biens à l’échelle du pays. De ce fait, on assiste, d’une part, à l’émergence des marchés ruraux donnant naissance aux pôles économiques à l’intérieur du pays et, d’autre part, à la recomposition de l’espace urbain grâce aux flux migratoires des milieux ruraux vers les milieux urbains. Au-delà, de l’aspect géographique du travail, la présente thèse montre, en prenant à revers les questions de particularisme, que la construction des infrastructures de transport terrestres et la facilité de mobilité qu’elles ont donnée aux populations togolaises ont joué un rôle capital dans le façonnement des identités et concourent à leur construction. C’est en cela, pensons-nous, que les infrastructures de transport terrestres et la mobilité subséquente sont un puissant facteur d’intégration et de socialisation conduisant à un certain nivellement social. À ce titre, elles ont joué, ici comme ailleurs, un rôle important dans le processus de construction des États-nations modernes.

Mots-clés : Infrastructures- transport- Mobilité- Intégration.
 Contacts : tsinujo2002@yahoo.fr/ Tél. 00228 938 52 20


Komi N’KERE est Géographe, spécialiste de la géographie du commerce dans les Dr. Komi N'KERE grandes villes. Il est membre du CODESRIA depuis 2008 et du ROCARE en 2009. Il est récipiendaire du programme de petites subventions du ROCARE en 2009.
Il possède par ailleurs une licence en Théologie obtenue à la Faculté de Théologie des Assemblées de Dieu (FATAD) Togo et un diplôme pastoral de l’Institut Biblique et Théologique de Sada (IBTS).

Titre de la thèse : Dynamique du commerce de détail et urbanisation à Lomé
Soutenue le : 1er février 2010 à l’auditorium de l’Université de Lomé ( Togo).

Résumé de la thèse :
A Lomé comme dans presque toutes les villes - capitales en Afrique subsaharienne, le commerce de détail est très dynamique et se manifeste par une multitude de commerces présentant une offre commerciale très diversifiée. La présente thèse s’attache à élucider les facteurs qui expliquent ce dynamisme commercial. Nos recherches sur le terrain ont montré que le commerce de détail est très émietté et constitué d’unités informelles de petites tailles qui entrainent l’évasion fiscale. Les activités commerciales se déroulent dans les marchés, sur les trottoirs et dans les pôles commerciaux. Ces lieux de vente sont situés plus au centre-ville qu’à la périphérie et rassemblent l’essentiel du commerce de détail. Ils constituent également les lieux d’affaires où vendeurs et acheteurs se rencontrent soit pour vendre, soit pour acheter.
D’autres facteurs tels que la position géographique, l’existence de certains équipements lourds à l’exemple du port, de l’aéroport et du réseau routier, l’héritage colonial, l’habileté des commerçants eux - mêmes, la capacité des consommateurs à acheter les marchandises et le rôle de contrôle et de pacification que jouent les pouvoirs publics contribuent à faire du commerce de détail la première occupation de la majorité de la population urbaine. Bien que très utile à la population, le commerce de détail crée un certain nombre de problèmes : occupation anarchique de l’espace urbain, insalubrité et embouteillage entre autres. L’inégale répartition des établissements commerciaux a pour corollaire la croissance de la mobilité urbaine qui à son tour occasionne d’innombrables accidents de route et des dépenses supplémentaires. Pour résoudre ces différents problèmes, il faut construire des infrastructures marchandes, interdire l’installation anarchique des commerçants, décongestionner le centre-ville et encourager les commerçants à s’installer dans la banlieue. La solution au problème de l’évasion fiscale passera par la volonté des pouvoirs publics à sortir le commerce de détail de son informalité. Dans l’avenir, l’Etat doit adopter une politique d’aménagement urbain qui fasse prévaloir l’intérêt général sur les intérêts particuliers en vue de maîtriser la croissance urbaine et l’utilisation rationnelle de l’espace urbain.

Mots clés : Lomé – Dynamisme commercial - Commerce de détail- Acteurs commerciaux- Aménagement urbain et commercial.
E-mail : nkere1@gmail.com/  Cel : (00228) 915 94 03


Yendoubé LARE est Assistant, enseignant chercheur Dr. Yendoubé LARE au département de Physiques de l’UL. Il est par ailleurs membre de l’équipe de recherche du Laboratoire sur l’Énergie Solaire de l’Université de Lomé et de la Chaire UNESCO sur les Énergies Renouvelables de l’Université de Lomé. Dans le cadre du ROCARE, il fait partie e l’équipe de M. YABOURI N. qui travaille actuellement (2010) sur l’impact du répétitorat sur la réussite scolaire, cas des élèves du CM2 de la ville de Lomé.

Titre de la thèse : Amélioration de l’interface [anode – donneur d’électrons] dans les cellules photovoltaïques organiques à hétérojonctions, par utilisation de couches minces d’oxyde de Zinc (ZnO) et de trioxyde de Molybdène (MoO3).
Date de soutenance : 26 juin 2009
Domaine d’étude : Physique des matériaux – Applications optoélectroniques

Résumé de la thèse
Ce travail a été consacré à une étude expérimentale de la réduction de la barrière de potentiel à l’interface [anode/matériau organique donneur d’électrons] des cellules photovoltaïques organiques à hétérojonctions constituées de phtalocyanine de cuivre (CuPc) et de Fullerène (C60) par introduction de fines couches d’oxyde de Zinc (ZnO) et de trioxyde de Molybdène (MoO3). D’abord des couches ZnO ont été élaborées par bain chimique et caractérisées afin d’étudier leurs propriétés globales. Ensuite elles ont été appliquées aux cellules. L’application des couches de ZnO obtenues avec 3 temps de dépôt (30s, 60s et 90s) a montré que l’effet correcteur escompté ne se produit que pour des couches obtenues en 30s. Les cellules utilisant l’anode avec couche de ZnO déposée en 30s d’épaisseur moyenne 7,5 nm connaissent une augmentation du courant de court-circuit et du facteur de forme. 
Deux hypothèses ont été émises pour expliquer ces améliorations : d’une part une optimisation de l’alignement des niveaux d’énergie à l’interface [anode/matériau organique] due au caractère isolant du ZnO ; d’autre part une augmentation de la surface de contact à l’interface [anode/matériau organique] due à la rugosité des couches. Poursuivant le même objectif, et dans le souci de vérifier les hypothèses précédentes, de fines couches lisses de MoO3 ont été expérimentées. Une étude systématique de l’effet de l’épaisseur de ces dernières variée entre 0 et 7 nm a été réalisée. Les résultats ont montré que l’épaisseur optimale est de (3,5 ± 1) nm. En outre, l’association d’une couche d’or d’épaisseur optimale (0,5 nm) améliore davantage les performances des cellules. Ceci a permis de conclure que l’influence de l’adaptation de la structure de bande est plus importante que celle de la rugosité étant donné que les couches de MoO3 sont lisses. Les améliorations apportées aux cellules par l’introduction de couches tampons isolantes sont donc principalement dues à une meilleure adaptation de la structure de bande.

Mots clés : Cellules photovoltaiques organiques – Barrières de potentiel- Oxyde de Zinc (ZnO)- Trioxyde de Molybdène (MoO3).
E-mail : yenlare@yahoo.fr


Mawusse Kpakpo AKUE ADOTEVI est philosophe Dr. Mawusse Kpakpo AKUE ADOTEVI de formation. Il est par ailleurs membre du Rocare. Il a été récipiendaire des programmes de recherche des éditions 2006 et 2007.

Titre de la thèse : « Jeux de langage et raison communicationnelle : le statut de l’incompréhension dans le langage », soutenue en décembre 2009 à l’Université de Lomé.
Domaine de spécialité : Philosophie du langage

Résumé :
Intitulé « Jeux de langage et raison communicationnelle : le statut de l’incompréhension dans le langage », ce travail pose, comme problème fondamental, celui de la clarification du statut propre de l’incompréhension au sein des jeux de langage, considérés comme pratiques communicationnelles rationnelles. Comment peut-on comprendre l’incompréhension comme phénomène propre à l’interaction communicationnelle ?
L’hypothèse fondamentale qui a orienté l’ argumentation est la suivante : si nos jeux de langage effectifs ne donnent pas toujours lieu à la compréhension mutuelle, mais aussi à l’incompréhension, alors cette dernière n’est pas à voir comme l’irruption de l’irrationnel, mais plutôt comme une manifestation autre de la raison communicationnelle, une raison communicationnelle elle-même conçue sur un modèle autre que celui de la raison logos.
En ce sens, le problème du statut de l’incompréhension dans les jeux de langage, considérés comme pratiques communicationnelles rationnelles, trouve sa solution dans une caractérisation pragmatique de l’incompréhension. Une telle entreprise prend fondamentalement appui sur une attention prononcée au pouvoir communicatif des mots. La pragmatique de l’incompréhension consiste essentiellement dans l’élévation de la réalité plurielle et hétérogène des jeux de langage au niveau du concept.
C’est dans cette perspective que l’on a d’abord, rendu compte, en faisant recours à la théorie wittgensteinienne des jeux de langage, de la pluralité et de l’hétérogénéité fondamentales qui caractérisent l’usage communicationnel effectif des mots. Cette pluralité-hétérogénéité nous est ainsi apparue comme l’expression du paradoxe des règles ou de celui de la rationalité inhérente aux jeux de langage.
En prenant appui sur cette pluralité-hétérogénéité des jeux de langage, l’on a ensuite, procédé à une déconstruction (à la Derrida) des théories pragmaticiennes du langage et de la communication. L’analyse a montré que, quoiqu’elles reconnaissent la pluralité-hétérogénéité des jeux de langage, les théories pragmaticiennes, au lieu d’en rendre compte, n’ont fait qu’en définir les conditions de réduction ou d’élimination, en postulant une raison essentiellement une (qu’elle soit faite de règles conventionnelles (Austin), de principes de coopération (Paul Grice) ou de prétentions à la validité universelle (J. Habermas), à laquelle les interlocuteurs doivent obéir pour pouvoir se comprendre au moyen de leurs actes de langage. L’incompréhension apparaît ainsi, dans les approches pragmaticiennes, comme un phénomène anomal et irrationnel qui bloque la poursuite normale des jeux de langage.
Mais c’est là un point de vue qui suit, en réalité, d’une pétition de principe, consistant dans la présomption de communication et, par conséquent dans le fait de tenir pour évident le caractère anomal de l’incompréhension, au lieu de chercher à la comprendre. L’illusion entretenue, par les approches pragmaticiennes, de la présomption de communication a pour conséquence un manque d’attention réelle à l’incompréhension. Aussi l’incompréhension, est-elle demeurée, jusqu’à nos jours, l’impensé de la pragmatique, pour parler comme É. Grillo.
L’ambition de ce travail étant de combler cette insuffisance théorique, l’on a procédé à une réappropriation sémiotique de la pluralité-hétérogénéité des jeux de langage. Cette réappropriation sémiotique, faite à partir de la triadicité fondamentale que Peirce reconnaît au signe, et surtout de l’importance primordiale qu’il accorde à l’interprétant du signe, a constitué le présupposé théorique de la caractérisation pragmatique de l’incompréhension. L’on a montré que le statut propre de l’incompréhension dans les jeux de langage est le même que celui de la compréhension mutuelle : l’une comme l’autre sont des would-be, en ce sens qu’elles pourraient être et pourraient ne pas être, à tout moment, dans un jeu de langage. Une telle caractérisation pragmatique de l’incompréhension a conduit à une conception autre de la raison communicationnelle, conception selon laquelle la raison inhérente aux jeux de langage est une raison mètis, qui ne se comprend que comme une potentialité réelle de pluralité-hétérogénéité de rationalités. 
La pragmatique de l’incompréhension et la revendication d’une raison communicationnelle mètis consacrent ainsi la nécessité de tourner toutes nos considérations (pour parler comme Wittgenstein) sur le langage, nécessité qu’impose résolument le paradigme de la communicabilité.

Email : akueadotevi@yahoo.fr

FAIRE DON

PARTENAIRES

BIBLIOTHEQUE

PUBLICATIONS