Accueil > Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education (ROCARE) > Articles > Togo >

ROCARE Togo : Lancement de la 9e édition du Programme des Subventions et atelier de formation des jeunes chercheurs - (Phase n°2)

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Lieu  : Auditorium de l’Université de Lomé
Compte-rendu de la manifestation


Le vendredi 7 mars 2014, de 14h30 à 18h25, s’est tenue, à l’Auditorium de l’Université de Lomé, la deuxième phase de la série des 5 ateliers de formation de jeunes chercheurs en conception de projets, programmée par les enseignants-chercheurs membres du ROCARE-Togo, bénéficiaires du programme ROCARE de Formation des formateurs. Cette manifestation s’est déroulée en deux étapes : d’abord, le lancement officiel de la 9e édition du Programme de Subvention de Recherche en Education (PSRE), ensuite, la formation proprement dite.

  1. Le lancement officiel de la 9e édition du Programme de Subvention de Recherche en Education (PSRE)

Deux semaines auparavant, des affiches d’appel à propositions relatives à la 9e édition du PSRE ont été placardées à l’Université de Lomé et dans d’autres institutions, invitant les futurs candidats à la cérémonie de lancement officiel, du 7 mars 2014. C’est dans cette logique que ce jour, de 14h30 à 15h, le Coordinateur national du ROCARE-Togo, le Dr. Philippe Dzek AMEVIGBE, entouré de gauche à droite, respectivement par les Docteurs Edinam KOLA, Joseph TSIGBE, Komi N’KERE et Essohanam BATCHANA (voir photo), après avoir présenté brièvement le ROCARE et exposé ce qu’est la recherche qualitative, a lancé officiellement la 9e édition du PSRE. Il a précisé les conditions pour y participer, les exigences en termes de choix des parrains scientifiques et a insisté sur la nécessité de prendre en compte la question de genre dans les différentes équipes à former. Avant de clore ses propos, il a félicité ses jeunes collaborateurs dont il apprécie au jour le jour le dynamisme, invitant les jeunes chercheurs à bien suivre la formation qui leur sera donnée afin de proposer des projets de recherche de qualité.

  1. La formation proprement dite

Pour cette deuxième phase, trois modules ont été servis aux jeunes chercheurs : i) La construction des variables et indicateurs dans une recherche qualitative, ii) Techniques de collecte de données en analyse qualitative et iii) Techniques d’analyse des données en recherche qualitative.

a) La construction des variables et indicateurs dans une recherche qualitative

Ce premier module a été présenté par M. Edinam KOLA, Maître de Conférences en Géographie à l’Université de Lomé, chargé de mobilisation des ressources au ROCARE-Togo. Le docteur Essohanam BATCHANA, Maître-assistant d’histoire contemporaine à l’Université de Lomé et membre actif du ROCARE-Togo a servi de modérateur.
Dans son mot introductif, le conférencier a déploré l’insuffisance et le relatif manque de qualité de la production scientifique dans le milieu francophone, comparativement au monde anglophone. Selon lui, cette insuffisance est due à une carence théorique, carence que veut relever le ROCARE-Togo, par cette série de formation de jeunes chercheurs à la rédaction de projets.
Il a ensuite souligné que les sciences sociales ont une même base théorique car il n’ya pas de recherche sans problème. Celui-ci se traduit par une question de recherche. Cette recherche peut être explicative, causale, compréhensive, phénoménologique, analytique, historique, etc.
Aussi a-t-il montré la différence entre l’approche quantitative et l’approche qualitative. Alors que la première répond à la question combien, la seconde répond à la question pourquoi.
Revenant sur la construction des variables et indicateurs, le professeur Edinam KOLA a souligné que les variables découlent des hypothèses. Selon lui, il existe des variables dépendantes et des indépendantes. Il a aussi insisté sur la validité, la fiabilité, la précision dans les choix des variables dans une recherche qualitative.
Cette communication a suscité l’intérêt des jeunes chercheurs. Le débat a tourné autour de la triangulation, de l’importance des variables dans le construit, de la spécificité des variables dans une recherche qualitative, etc. Les éclairages apportés par le conférencier ont mis fin à la cette première communication à la satisfaction de tous.

b) Techniques de collecte de données en analyse qualitative

Sous la modération du Dr. Hercules MOLLEY, Chef du Département des Lettres Modernes de l’Université de Lomé (ayant participé, en auditeur libre, à l’atelier de formation des formateurs de juin 2013 à Lomé), ce module a été animé par le Dr. Joseph TSIGBE, Maître-assistant d’Histoire contemporaine à l’Université de Lomé, SG du ROCARE-Togo.
La présentation a été articulée autour des trois points suivants :

  1. Qu’est-ce que la recherche qualitative ?
  2. Quelles sont les techniques de collecte de données en analyse qualitative ?
  3. La prise en compte de la triangulation dans la collecte des données.

Au premier point de sa présentation, l’orateur a défini la recherche qualitative avant de présenter ses objectifs, son intérêt et ses spécificités par rapport à la recherche quantitative. Il a évoqué quelques erreurs à ne pas commettre lorsqu’on est sur le terrain de la recherche qualitative.
Dans la deuxième partie, le présentateur a listé une série de techniques de collecte de données qualitatives, avant de s’appesantir sur trois qui, selon lui, sont les plus couramment utilisées en milieux universitaires. Il s’agit de l’observation (dirigée ou participative), les entretiens (direct, semi-directif ou fermé) et des focus groups. Les particularités de chacune de ces techniques ont été exposées ainsi que les avantages et les inconvénients y afférents.
Enfin, la notion de la triangulation a été abordée. Après l’avoir définie, le conférencier a précisé qu’en réalité, c’est au niveau de l’analyse des données que cette notion a tout son sens. Toutefois, des dispositions devront être prises déjà au niveau de la collecte des données afin de faciliter son utilisation dans l’analyse. Une série de dispositions a été listée par le conférencier à cet effet.
Les débats qui ont suivi cette présentation ont été très nourris. Entre autres, les participants étaient revenus sur l’importance de l’analyse qualitative, les différents entretiens et la notion d’échantillonnage en analyse qualitative ainsi que les différents problèmes rencontrés généralement sur le terrain. Ils ont également cherché à savoir la différence entre un guide et une grille d’entretien. Des explications convaincantes ont été données aux différentes préoccupations soulevées.

c) Techniques d’analyse des données en recherche qualitative

Ce module a été développé par le Dr. Komi N’KERE, Assistant en Géographie à l’Université de Lomé, membre actif du ROCARE-Togo, sous la supervision du Dr. Hermann Mawusse Kpakpo AKUE ADOTEVI, Maître-assistant de Philosophie à l’Université de Lomé, chargé de mobilisation des ressources au sein du ROCARE-Togo.
D’entrée de jeu, l’intervenant a précisé que sa démarche sera pragmatique et il s’appuiera davantage sur ses expériences personnelles.

Dans ses propos, il a montré que les techniques d’analyse de données en recherche qualitative sont nombreuses et qu’il est difficile d’imposer une technique comme standard. D’ailleurs, le ROCARE a reconnu cette réalité dans son ouvrage de méthodologie « Guide de l’analyse qualitative » et a déclaré qu’en la matière, tout dépend du chercheur et de son objet d’étude, a fait observer Dr. N’KERE.

A partir d’un cas précis, le collègue a situé la place de l’analyse qualitative dans le cheminement de la recherche qualitative, son importance, ses avantages et ses inconvénients, les difficultés qui peuvent survenir, etc. Par ailleurs, il a montré la différence entre le traitement manuel des données et celui par les logiciels. Au niveau du construit, l’intervenant a particulièrement insisté sur l’importance des verbatim dans l’analyse qualitative en déclarant que « Les verbatim sont pour l’analyse qualitative, ce que représentent les graphiques et les données statistiques pour l’analyse quantitative ». Aussi, a-t-il insisté sur la triangulation.

Les discussions qui ont suivi cette présentation ont été l’occasion pour les étudiants d’approfondir leurs connaissances sur l’utilisation des verbatim, le traitement des données recueillies dans les focus groups et lors des entretiens individuels, l’utilisation des logiciels d’analyse de données qualitatives, la nécessité ou non de recourir à un cabinet pour lui confier l’analyse des données qualitatives, le couplage entre le qualitatif et le quantitatif au niveau de l’analyse des données, etc.

Le conférencier, appuyé par ses collègues, ayant répondu de façon satisfaisante à ces différentes préoccupations, les organisateurs ont, dans leurs mots de fin, remercié les participants et leur ont promis de tout mettre en œuvre pour que la 3e phase ait lieu avant fin avril 2014.

Dans leur évaluation de l’atelier, les participants ont montré leur satisfaction et ont apprécié le haut niveau scientifique des débats. Ils ont particulièrement aimé l’approche pluridisciplinaire de la formation et ont encouragé les organisateurs a continué dans le même sens.

Au total, en dépit du fait que les étudiants de master et les doctorants, principaux concernés par cette formation, soient occupés par la surveillance des examens de fin du semestre harmattan à l’Université de Lomé, l’organisation de cet atelier a été une réussite, car elle a enregistrée 42 participants venus de champs disciplinaires divers : Sociologie, Anthropologie, Histoire, Géographie, Philosophie, Littérature.

L’équipe organisatrice remercie vivement les autorités universitaires de Lomé qui ont bien voulu mettre gracieusement à leur disposition, l’Auditorium, augmentant ainsi la visibilité du ROCARE au sein de l’institution universitaire togolaise.

Fait à Lomé, le 10 mars 2014
Le Secrétaire Général du ROCARE-Togo
Dr. Joseph TSIGBE

FAIRE DON

PARTENAIRES

BIBLIOTHEQUE

PUBLICATIONS