Accueil > Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education (ROCARE) > Articles > Togo >

ROCARE Togo : Café ROCARE de restitution et de validation des résultats des études de la 8e édition du Programme des Subventions pour la recherche en éducation

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

La coordination nationale du ROCARE-Togo a organisé, le samedi 12 avril 2014 à l’auditorium de l’Université de Lomé, de 10h à 12h 45, un Café-ROCARE pour la restitution et la validation des résultats des deux études réalisées dans le cadre de la 8ème édition du Programme des Subventions pour la recherche en éducation (PRSE), année 2013.

Etaient présents à la manifestation, les membres du ROCARE-Togo, les représentants du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR), ceux du Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche (MAEP), le Directeur de la recherche de l’Université de Lomé, des représentants des institutions œuvrant dans le secteur agricole au Togo, des enseignants-chercheurs et étudiants de l’Université de Lomé, des journalistes.

Organisées sous la maîtrise de cérémonie du coordinateur national adjoint du ROCARE-Togo, Dr. Souley Kossi GBETO, les activités se sont déroulées en trois étapes : la cérémonie d’ouverture, la présentation des résultats des études par les deux équipes lauréates et les débats.

  1. La cérémonie d’ouverture

Quatre interventions ont été faites à cette première phase de la manifestation. D’abord, le Coordinateur national du ROCARE-Togo, Dr. Philippe Dzek AMEVIGBE (2e à partir de la gauche sur le podium) est intervenu pour souhaiter la bienvenue aux participants. Il a, par ailleurs, présenté le ROCARE, de même que la notion de Café-ROCARE. Il a conclu son intervention par la présentation des deux équipes lauréates du PSRE 2013 et a invité l’assistance à apporter, lors des discutions, des contributions substantielles en vue de l’amélioration de la qualité des études menées par les jeunes chercheurs. 

Ensuite, le Secrétaire Général du ROCARE-Togo, Dr. Joseph TSIGBE (1er à partir de la droite sur le podium) a, dans son intervention, remercié les Ministères de l’enseignement supérieur et de la recherche et de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, pour le soutien institutionnel qu’ils ont apporté aux jeunes chercheurs. Il a souhaité que cette collaboration soit maintenue pour l’avancement de la recherche au Togo. Pour finir, il a montré toutes les difficultés que lui-même ainsi que son collègue Edinam KOLA ont eu à encadrer les études en tant que parrains scientifiques, surtout que parfois, les personnes-ressources thématiques donnaient des orientations contraires aux leurs et a émis le souhait de voir le ROCARE mettre fin au système de personnes-ressources.

A la suite du Dr. TSIGBE, le Directeur du Centre international de recherche et d’étude sur les langues (Village du Bénin) (1er à partir de la gauche sur le podium) a pris la parole pour remercier les initiateurs du Café-ROCARE, ainsi que les jeunes chercheurs et se dit disposé à apporter l’appui institutionnel au ROCARE-Togo, à chaque fois que le besoin se fera sentir.

Enfin, le Secrétaire Général du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, le Professeur, AGBENOTO (2e à partir de la droite sur le podium) a, dans son allocution, félicité les jeunes chercheurs pour avoir mené à terme ces études et a montré tout l’intérêt que revêtent les problématiques abordées par ces études pour son département ministériel. Par ailleurs, il a émis le vœu de voir la collaboration entre le ROCARE-Togo et son institution se formaliser et s’est déclaré publiquement candidat à l’adhésion au ROCARE-Togo. En souhaitant plein succès aux travaux, il a déclaré ouvert le Café-ROCARE de restitution et de validation des études de la 8ème édition du PSRE.

  1. Présentation des résultats des études par les équipes lauréates

La première étude présentée est intitulée « Enseignement supérieur agricole, développement économique et communautaire au Togo : l’exemple de l’école supérieure d’agronomie (ESA) de l’université de Lomé ». Réalisée par une équipe pluridisciplinaire de l’Université de Lomé, composée de Mlle Esseyram Ablavi GOGOLI, étudiante en Master 2, anthropologie, M. Kossivi AGBOGAN, étudiant en Master 2, anthropologie, Mlle Delali Germaine AMEKOUDI, étudiante en Master 2, anthropologie et Mlle Mwara Ayoko AMAVIGAN, doctorante en Histoire, cette étude a été parrainée par le Docteur Joseph TSIGBE, Maître-assistant en Histoire contemporaine, et SG du ROCARE-Togo. Le Professeur Maurice GARNIER en a été la personne-ressource.

L’étude menée par cette équipe visait à déterminer la contribution des formations données à l’ESA au développement économique (accroissement de la production, amélioration du niveau de vie des paysans), et communautaire (organisation de coopératives paysannes) au Togo. Ainsi, des investigations sur le terrain notamment des entretiens avec les acteurs importants (professeurs, cadres des ministères, directeurs régionaux, stagiaires, paysans) montrent qu’effectivement, les formations agricoles de l’ESA forment des cadres qui deviennent actifs sur le terrain. Ces cadres à leur tour, grâce à leurs conseils, et à leurs cultures « témoins » assistent les paysans à améliorer leurs méthodes de travail. Toutefois, des difficultés entravent le bon fonctionnement de l’Ecole, ce qui n’est pas de nature à l’amener à mieux contribuer audit développement. Voilà pourquoi les auteurs de cette étude ont senti le besoin de faire des recommandations pour résoudre, tant soit peu, ces problèmes.

 « Enseignement supérieur et problématique de l’insertion professionnelle des diplômés de l’Université de Lomé ». Tel est l’intitulé de la seconde étude. Elle a été conduite par Mme Elikem SEGBEFIA, doctorante à la Faculté des sciences, Mme Tassondi TAMBOUROU, titulaire d’une maîtrise en sociologie, M. Adoté AKPABIE, doctorant en sociologie et
M. Aimé T. ADI, docteur en géographie. Le parrain scientifique de cette équipe est M. Edinam KOLA, maître de conférences en Géographie, la personne ressource étant Mme Nora ALEKI.

L’objectif de la recherche menée par cette équipe est d’examiner les problèmes d’insertion professionnelle des diplômés de l’Université de Lomé, à travers une mise en évidence de l’articulation entre formation universitaire et marché de l’emploi. L’étude révèle que malgré l’élargissement du marché de l’emploi, les diplômés des universités publiques du Togo peinent à assurer leur insertion professionnelle sur le marché de l’emploi togolais. Ceci s’explique par le fait que les universités publiques sont restées dans la logique des préoccupations du lendemain des indépendances africaines. À cette époque, en effet, il fallait former les animateurs de la nouvelle administration et assurer les prestations de service dans les domaines prioritaires, notamment l’éducation et la santé. Avec les contraintes budgétaires actuelles, le déficit de recrutement dans la fonction publique est un frein à l’absorption des diplômés des universités publiques. Les offres d’enseignement dans les universités publiques sont également reconnues théoriques. Ces offres n’ont pas de rapport direct avec les réalités du marché de l’emploi. Par ailleurs, les libellés des enseignements dans les facultés et écoles de l’Université de Lomé ne mettent pas en exergue des compétences voulues sur le marché. C’est pour parer à cette situation que beaucoup de parents préfèrent de plus en plus inscrire leurs enfants bacheliers dans les universités privées à caractère professionnel. Toutefois, l’étude reconnait aussi que l’exigüité du marché d’emploi est une conséquence de la faiblesse de la politique nationale de l’emploi.
Pour trouver des solutions au problème traité dans ce travail, l’étude a formulé des recommandations aussi bien à l’endroit des autorités universitaires que du gouvernement togolais.

  1. Les débats

Les débats ayant suivi ces présentations ont tourné autour de trois points essentiels dont deux concernaient la première équipe et un, la seconde. Les deux premiers points ont questionné la réalité des étudiants de l’ESA partagés entre formation théorique et pratiques du terrain, d’une part, et le comportement des paysans vis-à-vis des méthodes culturales modernes que leur enseignent leurs encadreurs, d’autre part. Le troisième point qui était relatif à la deuxième communication a mis en évidence l’inadéquation entre formation universitaire et marché de l’emploi au Togo.

Les différents intervenants ont recommandé aux auteurs de mieux affiner leurs analyses en déclarant qu’ils sont disposés à les aider dans ce sens, avant le dépôt du document final. Pour sa part, le Directeur de la recherche de l’Université de Lomé a félicité les organisateurs du café et a émis le vœu de voir se créer un partenariat entre le ROCARE-Togo et la Direction de la recherche de l’Université de Lomé, pour mieux accompagner les jeunes-chercheurs.

Les auteurs ayant répondu aux questions et promis de prendre en compte toutes les observations faites par les participants, les activités ont pris fin à 12h45 avec un cocktail offert par la coordination du ROCARE-Togo.

Fait à Lomé, le 15 avril 2014
Dr. Joseph TSIGBE
SG, ROCARE-Togo

FAIRE DON

PARTENAIRES

BIBLIOTHEQUE

PUBLICATIONS