Accueil > Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education (ROCARE) > Articles > Togo >

L’arbuste déraciné par Philippe Dzek Amevigbe

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

A travers une atmosphère de violence, l’auteur, docteur en éducation, touche à un certain nombre de problèmes d’actualité : la question d’héritage si importante dans cette région où les plantations de café et de cacao sont une source constante de dissensions entre les membres d’une même famille ; le problème de psychologie individuelle comme la haine implacable que voue le père d’Ameyo à Akati et enfin le problème d’éducation dont dépend le destin futur de l’enfant.

Akati est un personnage au destin tragique manquant de dignité et de noblesse d’âme. Privé de la tendresse d’une mère atrocement assassinée, Akati portera la marque d’une éducation douillette donnée par un père qui d’ailleurs trouvera la mort dans une bagarre provoquée par les caprices de l’enfant chéri. Veule et partisan de moindre effort, Akati croupit dans la paresse et se fait chanteur, animant de sa voix mélodieuse toutes les cérémonies de funérailles.

Avec la complicité de sa femme Ameyo qu’il a ravie imprudemment à un rival, il organise parallèlement le vol de nourriture. Chaque soir, c’est une série d’opérations dans le poulailler ou dans le champ d’autrui. Ainsi l’arbuste déraciné se laisse progressivement aller, à l’objection, abhorré de la population du village. Au bout du rouleau, il trouvera le père de Ameyo, son beau-père ais aussi son intraitable ennemi qui mettra fin à ses jours en l’assassinant comme un lapin.


Philippe Dzek Amevigbe est également coordinateur du ROCARE-TOGO

FAIRE DON

PARTENAIRES

BIBLIOTHEQUE

PUBLICATIONS